Le géomètre-expert fait partie des plus vieux métiers du monde. Sa plus ancienne activité, à savoir la délimitation des biens fonciers, est née avec la propriété foncière elle-même.

Dès 1700 avant notre ère, un papyrus détaillant les directives pour arpenter et délimiter un terrain fut rédigé. Cette science topographique permit aux Babyloniens d’ériger un pont de 123 m de long au-dessus de l’Euphrate.

Renommés pour leurs pyramides, dont celle de Khéops (138m de haut sur 227m de base), les egyptiens réalisèrent un canal de 300km aboutissant à un grand lac, fermé par une digue de 45km.

De nombreux autres exemples pourraient être cités, notamment chez les Grecs, qui entreprirent également de grands travaux comme un aqueduc souterrain de 1 250 m, creusé en 530 sous la montagne, sous l’égide de l’ingénieur Eupalinos de Mégare.

N’oublions pas les grands bâtisseurs et aménageurs que furent les Romains, qui créèrent un corps de géomètres et d’arpenteurs, les agrimenseurs (« mesureurs de champs »). L’objectif était ambitieux : mesurer le sol de tout l’empire pour établir un cadastre ! L’empire romain réalisa également un vaste réseau routier, qui atteignait 133 200 km sous Hadrien. À chaque mille (une mesure itinéraire romaine), une colonne de pierre ou une borne militaire était érigée. Un vrai travail de Romain !